L’ange au sourire est situé au portail nord (portail de gauche) de la façade occidentale.

Photographies prises après la restauration de 2010.

L’Ange au Sourire de la cathédrale de Reims est sans doute l’une des œuvres les plus célèbres de la statuaire médiévale… Les anges sont très nombreux autour de la cathédrale de Reims. Pourquoi, l’un d’entre eux, a-t-il aujourd’hui volé la vedette à ses confrères ? (Extrait de la préface de Patrick Demouy du livre « L’ange au Sourire » de Yann Harlaut).

En effet la statuaire de la cathédrale de Reims  (2 303 sculptures) comprend de nombreux anges très souvent souriants. Alors pourquoi l’ange du portail nord de la façade principale est-il appelé « Ange au Sourire » ?

Lors de la Grande Guerre, la ville de Reims a été pilonnée pendant quatre ans par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Le 19 septembre 1914, suite à un bombardement, l’échafaudage situé sur le portail nord s’enflamme et le feu se communique à la charpente de l’édifice. Une poutre de l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol quatre mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux, soigneusement ramassés et mis en sécurité dans les caves de l’archevêché. L’architecte Max de Sainsaulieu les découvre le 30 novembre 1915.

Le sourire énigmatique de cet ange devient pendant la première guerre mondiale le symbole de la cathédrale martyre, puis rapidement la symbole de la ville de Reims. Il porte depuis le nom d’ « Ange au Sourire« , appellation emblématique de la ville de Reims.

Après la guerre, à partir des fragments d’origine, un moulage est réalisé (il est conservé au musée des monuments français) et la tête reconstituée. L’ange retrouve sa tête le 13 févier 1926.

<---- L’ange au sourire a été sculpté entre 1236 et 1245.

L’Ange au sourire (à droite de la photo) a perdu sa tête lors de l’incendie de la cathédrale le 19 septembre 1914. Vous remarquerez l’état de la pierre calcinée.

Méditation

 

Toi, l’ange au sourire le messager de Dieu, les tailleurs de pierre ont su si bien exprimer sur ton visage le sourire de Dieu, pour dire à tous ceux qui te contemplent combien Dieu les aime, combien il leur est proche !

Toi, l’ange au sourire, tu as bravé toutes les destructions pour devenir au milieu de nous le signe de l’espérance joyeuse et tenace : la réconciliation entre les peuples !

Jean-Marie Guerlin Ancien curé-archiprêtre de la cathédrale de Reims

La philatélie et l’Ange au Sourire

Timbre mis en vente le 16 mars 1930. Il est appelée « Le Sourire de Reims« 

Oblitération premier jour le 5 mai 1956. Emission à l’occasion du jumelage des villes de Reims et de Florence.

On remarque sur le timbre « L’Ange au Sourire » et « Le Printemps de Botticelli« .

On distingue en arrière-plan la cathédrale de Reims et le Palais de la Signoria à Florance.

Oblitération premier jour le 22 mai 2007. Emission commune France-Arménie.