Actualité :
Slam PDF Imprimer Envoyer

Texte écrit en 2011 par Thomas PELZER, slameur rémois,

à l'occasion du 800e anniversaire de la Cathédrale de Reims


Je suis une citadine  au style gothique
Et ma vie est un roman.
J’ai grandi parmi les artisans.
Ils avaient pour moi de grands plans.
Partie de rien, j’ai atteint des sommets.
Les plus grands rois
Vinrent s’agenouiller chez moi,
Me répétant les mêmes refrains,
Entrant chez moi comme dans l’histoire.
Je suis resté modeste et populaire.
Car j’ai été élevée par des ouvriers,
Et leurs statuts, j’ai gardé
.

Je suis une grande dame du 13ème.
J’ai connu la grande guerre.
Armée d’une simple flèche, et d’arcs brisés,
Face à l’ennemi, je me suis enflammée.
Les ogives venues du ciel, percèrent les miennes,
Le plomb pénétra mon chœur de pierre,
Je perdis mon sourire d’ange.
Il fallut porter ma croix,
Je courais à la ruine,
Je n’avais plus de toit,
Ni même d’autel,
Le peuple vint à mon chevet,
Et patiemment me redressa.

Je suis catholique, fille de Pierre,
Je n’ai, de Marie, que les prières.
Je suis centenaire,  encore, et encore…
Je suis une sacrée vieille dame
Mais je raisonne encore fort bien,
Certes, je suis en travées, je suis voutée,
Mais l’ai toujours été.
Je ne meure point,
Chaque jour, de vie, je me remplis,
Je gargouille, je déborde,
Mes courbes sculptées sont restées de marbre
Ma chaire est demeurée belle,
Longtemps encore, on viendra de loin,
Voir ne serait-ce que les restes de mes saints.
Que l’on m’admire mais que l’on ne m’envie trop.
Car le temps passe et je m’assombris,
On me soigne mais on ne me guérit,
Je ne me plains pas souvent je suis polie.
Parfois, avec un peu d’artifice,
Ma face s’illumine, on rosace mes fleurs lys,
Je reprends des couleurs,  aux arcades et aux tours,
Je retrouve un moment,  mes ornements d’antan.

Je ne suis pas vieille, je suis d’un moyen âge.
Je me ris du temps et des hommes,
Et de leurs querelles de clochers.
Je suis un rocher, dans la ville en craie,
Respecté et classé.
Les hommes croient en moi.
De leur baptême à leur enterrement,
Pour eux, je serai là,   Jusqu’à la fin des temps.